Les Ecoles



1.    MISSSION

Créée au début des années soixante, l’école nationale de gendarmerie (ENG) assure la formation de tous les militaires du rang et sous-officiers de la gendarmerie nationale togolaise. Structure évolutive, elle s’est adaptée au cours de ces 40 années d'existence afin de tenir compte des évolutions du métier de gendarme et de la société dans laquelle il est amené à agir.

Elle a pour principaux buts de :

-    développer les connaissances des personnels de la gendarmerie dans les principaux domaines d’action (police judiciaire et administrative, maintien de l’ordre public…),
-    former un corps de sous-officiers de gendarmerie compétent et imprégné des principes fondamentaux d’exécution du service.

Ponctuellement, l’ENG  est également sollicitée pour soutenir le déroulement de certains concours (Officiers, ESSAL), accueillir des séminaires ou prendre en charge certaines formations au profit des unités opérationnelles (initiation à l’informatique, stages de recyclage)

2.    LOCALISATION – STRUCTURES

Située dans l’agglomération de Lomé, l’ENG comprend deux sites d'instruction distants de 10 kilomètres l'un de l'autre :
•    le site principal à LOME, disposant d'une capacité d'accueil de trois cents (300) personnes, de trois (3) salles d'instruction, d’un centre de documentation pédagogique et d'une salle informatique équipée de seize (16) postes de travail,
•    un site annexe, situé en périphérie Est de Lomé, à BAGUIDA, susceptible d'accueillir cinq cents (500) stagiaires et possédant six (6) salles d'instruction ainsi qu’une infirmerie.
Chacun des deux (2) sites dispose d’une cuisine qui prend en charge l’alimentation des stagiaires.

Indépendamment des infrastructures citées supra, les stagiaires de l’ENG ont également accès aux services de soin des armées et aux installations sportives des deux sites.
            
Bâtiment d’instruction    Centre de documentation pédagogique

3.    RECRUTEMENT - FORMATION
Le dispositif de formation des gendarmes togolais comprend plusieurs étapes successives.
31. Formation initiale
Première étape dans la carrière du futur gendarme, le concours d’accès à l’ENG est ouvert aux hommes et aux femmes selon les conditions suivantes :
•    être de nationalité togolaise et âgé de 18 à 24 ans,
•    être titulaire au minimum du brevet d’études du premier cycle (BEPC) ou de tout autre diplôme équivalent,
•    être reconnu de bonne moralité,
•    être apte physiquement (visite médicale).

           
Présentation des troupes    infrastructures sportives
Les tests de sélection comprennent différentes épreuves :
-    épreuves écrites : dictée – questions, mathématiques, culture générale et instruction civique,
-    épreuves sportives : 1000 mètres, 100 mètres, grimper de cordes.
Après avoir satisfait aux épreuves et effectué une formation militaire générale au centre national d’instruction (CNI), les élèves-gendarmes poursuivent leur scolarité durant 6 mois au cours de laquelle les bases du métier de gendarme leurs sont inculquées. Durant cette période, ils suivent des enseignements dans les différents domaines d’action afin d’appréhender au mieux leurs futures fonctions en unités opérationnelles.
Il s’agit notamment :
•    Formation militaire : combat, topographie, armement, transmissions, automobile
•    police judiciaire : droit pénal général, droit pénal spécial, procédure pénale, police technique et scientifique, rédaction de procès-verbaux…
•    police administrative : maintien de l’ordre, police de la route, polices spéciales…
•    étude des droits et des devoirs des militaires,
•    principes généraux d’exécution du service
•    recherche du renseignement.
La réussite à ce cycle d'instruction est sanctionnée par l'obtention du certificat d'aptitude à la gendarmerie (CAG) et leur octroie le grade de gendarme adjoint. Depuis 2007, les femmes peuvent intégrer la gendarmerie. Ainsi, celles-ci ont représenté 15 % des effectifs de la dernière promotion affectée en unité fin 2008 (10 % en 2009)

   
Principaux enseignements de la formation des élèves-gendarmes (CAG)

32. Formation de l’encadrement
En fonction des qualités professionnelles et des aptitudes personnelles démontrées en unité, les gendarmes adjoints ont l'opportunité de poursuivre leur formation.
En premier lieu, il s'agit d'une formation complémentaire et technique articulée en 2 filières distinctes :
•    l'une destinée aux militaires servant en unité territoriale, passant par l'attribution du certificat d'aptitude de chef de patrouille (CACP) et de l'examen technique d'officier de police judiciaire (OPJ),
•    l'autre réservée à ceux qui sont affectés en escadron d'intervention, avec la délivrance de diplôme d'aptitude technique (DAT) puis du brevet d'aptitude technique (BAT).

      
Exercice de maintien de l’ordre  et  Cours d’informatique
Ces formations ont pour vocation de préparer les jeunes gradés à des fonctions techniques ou d’encadrement.
Consécutivement à leur réussite à ce premier cycle, les futurs gradés reprennent un cycle de formation commune par le biais de la préparation au diplôme de qualification supérieure de la gendarmerie du premier (DQSG 1) et deuxième degré (DQSG 2).
Ce module de formation permet aux gradés supérieurs d’appréhender leurs futures fonctions de commandement et de gestion d’une unité élémentaire en gendarmerie territoriale (brigade) ou de chef de groupe voire de commandant de peloton en gendarmerie d’intervention.

Pour les meilleurs, l'opportunité leur est offerte de préparer le concours des majors afin de pourvoir des postes de commandement importants ou nécessitant une haute qualification.


Pôle d’excellence professionnelle, l’école nationale de gendarmerie accompagne donc le gendarme durant toute sa carrière. Gardienne des traditions de l’institution, tout en étant résolument tournée vers l’avenir,  elle constitue le creuset de la gendarmerie nationale togolaise faisant de ce militaire, un acteur efficace et incontournable dans le domaine de la sécurité intérieure de son pays.